top of page

           Tout a commencé en 1983 lorsque j'ai lu pour la première fois un livre sur la culture de la vigne au Québec. Le livre mentionne l'agronome-généticien Joseph O. Vandal comme référence. De 1985 à 1989, Vandal a joué un rôle déterminant dans mes recherches et m'a aidé à constituer la plus grande collection de variétés hybrides du Québec.

           En 1986, j'étais convaincu de pouvoir créer des variétés rustiques vinifera à maturité précoce dans la zone de rusticité 4a. J'ai alors décidé de planter une petite parcelle de cépages vinifera pour démarrer mon programme d'hybridation. À la suite de ma poursuite d'autres opportunités de carrière, 1990 a été la seule année où j'ai réalisé des croisements de vignes de différentes variétés. 

   

           En 1991, je choisis d'utiliser la polinisation naturel, par manque de disponibilité pour effectuer de l'hybridation à la période de floraison.

            Mes travaux en amélioration de la vigne ont permis de créer de nouveaux cépages de pureté (100%) vinifera qui sont plus rustiques et plus précoces que les cépages vinifera existant, tout en gardant la typicité du vin unique aux cépages vinifera. Ces cépages ont été évalués en zone de rusticité 4a (avec des maturités entre 900 et 1050 degrés jours). Ces cépages ne sont pas le produit de manipulation génétique, comme l'OGM ou le transgène, mais uniquement de semis naturels.

 

           En 1993, par suite de la découverte d'une mutation naturelle du cépage Gewurztraminer, des générations de semis de cette mutation ont permis de créer une série de cépages de vinifera pur. Plusieurs cépages issus de cette mutation sont à l'étape d'évaluation de la vinification. Et depuis 2017, de nouveaux semis issus de mes collections de cépages vinifera, sont à l'étape de l'évalution en vinification.

20190309_210504.jpg
bottom of page